Un premier OpenCamp à Québec en février 2011

J’ai le plaisir de participer à un premier OpenCamp à Québec qui aura lieu le 16 février 2011 dans les locaux de l’ENAP sur le boulevard Charest. Organisé par Patrice Caron, Luc Vaillancourt, Yann Sadok, et François Belleau, ce camp vise à couvrir les concepts et la philosophie d’ouverture qui peut s’appliquer dans le milieu des affaires et dans les […]

J’ai le plaisir de participer à un premier OpenCamp à Québec qui aura lieu le 16 février 2011 dans les locaux de l’ENAP sur le boulevard Charest. Organisé par Patrice CaronLuc VaillancourtYann Sadok, et François Belleau, ce camp vise à couvrir les concepts et la philosophie d’ouverture qui peut s’appliquer dans le milieu des affaires et dans les TI.

On n’a qu’à penser rapidement aux logiciels libres, à l’agilité dans la gestion de projet, le gouvernement ouvert, les données ouvertes et l’interopérabilité. Sachez que la philosophie qui alimente ces phénomènes est commune. On peut les englober ces derniers dans l’innovation ouverte (« open innovation »).

Les logiciels libres sont maintenus par des collaborateurs bénévoles à travers le monde. Ils évoluent grâce à l’esprit innovant de ses différents créateurs.

Les concepts agiles dans la gestion de projet demandent plus d’implication et de responsabilisation des membres d’une équipe et de la part du client. Aussi, l’innovation en cours de projet est fortement encouragée pour arriver à des résultats extraordinaires.

Le gouvernement ouvert est un concept qui m’est cher et rend davantage l’appareil gouvernemental au service des citoyens. La transparence devient le mot d’ordre et l’état devient un lever à l’innovation de la population.

Les données ouvertes sont la publication automatique des données non nominatives détenues par des services gouvernementaux, municipaux et parfois privés. Ces données rendues disponibles sans barrières sur le web permettent à des programmeurs de bâtir sur ces dernières des applications originales pour les revaloriser autrement.

Ces concepts me sont chers et j’ai décidé d’appuyer financièrement l’événement en le commanditant.

J’ai proposé un sujet assez philosophique lors de mon inscription. J’aimerais amener une discussion sur le concept de « Government as a platform » proposé par Tim O’Reilly dans son livre « Open Government ». J’ai effleuré le sujet dans deux billets récents critiquant les décisions prises par le RTC et Transport Québec (service 511). L’idée derrière ça est que le gouvernement n’a qu’un rôle de facilitateur à l’innovation en mettant ses services informatiques au service de l’industrie et des citoyens. C’est inspiré des autres services que l’état offre déjà pour favoriser l’économie telle que les routes, aéroports, subventions, infrastructures, etc. L’état devrait soutenir en arrière-plan l’économie numérique et éviter d’être un joueur d’avant-plan.


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact




Autres publications et présences de Nicolas dans les médias