Mon mariage techno

Je me suis marié en 2004 et sachez qu’un mariage comporte beaucoup d’organisation. La gestion des réponses aux invitations est l’une des tâches les plus importantes. Le nombre d’invités détermine l’aménagement de la salle de réception et aussi va déterminer le coût de la soirée (couverts, vin, mousseau, cocktail, cadeaux aux invités, etc.). L’invitation sert […]

Le faire-part

Le faire-part

Je me suis marié en 2004 et sachez qu’un mariage comporte beaucoup d’organisation. La gestion des réponses aux invitations est l’une des tâches les plus importantes. Le nombre d’invités détermine l’aménagement de la salle de réception et aussi va déterminer le coût de la soirée (couverts, vin, mousseau, cocktail, cadeaux aux invités, etc.). L’invitation sert évidemment aussi à annoncer la venue du mariage pour ceux qui n’étaient pas au fait encore.

L’invitation avec son carton de réponse est devenue une tradition à laquelle nous attachons beaucoup d’importance. Une tradition que je me suis permis d’amender quelque peu. Étant un informaticien et bien évidemment un adepte de l’efficacité à tout pris j’ai convaincu ma blonde d’intégrer un peu de technologie dans tout ça.

Site web

C’est une déformation professionnelle. J’ai dû faire un site événementiel. C’était une trop belle occasion! C’était pratique, car j’ai pu diffuser où étaient l’église et la salle de réception, l’horaire de la journée et l’information sur l’hébergement. On faisait ça à l’Isle-aux-Coudres, et peu de personnes y étaient déjà allées.

Par contre, ma blonde ne voulait pas que ça se retrouve dans Google. Il fallait le restreindre en accès. Comment? Continuez à lire.

Publipostage

Le volet intérieur du faire-part avec le code d'accès

Le volet intérieur du faire-part avec le code d'accès


La liste d’invités a été créée tout d’abord sur fichier informatique. Une base de données MySQL a été créée avec la liste des invitations (une par adresse postale). C’était la base de données qui servait au site web. Nous avons acheté de belles cartes et enveloppes en papier-parchemin chez Omer DeSerres. Pour les enveloppes, j’ai produit un gabarit Word pour imprimer des adresses directement sur l’enveloppe. J’ai utilisé une belle police de caractères ressemblant à une main d’écriture. J’ai lancé un publipostage à l’aide de la base de données MySQL à travers une connexion ODBC.

Les cartes quant à elles, on avait imprimé sur le volet intérieur un identifiant unique pour accéder au site web du mariage. Lorsqu’il saisissait leur code, ils accédaient alors au site avec une salutation personnalisée.

RSVP

Puisqu’ils étaient sur le site et on savait qui ils étaient… pourquoi ne pas leur demander s’ils viendront? Si oui, ils seront combien? J’ai alors ajouté un formulaire sur le site pour les RSVP. Ce formulaire faisait une mise à jour dans MySQL. On savait alors qui avait répondu et ceux qui tardaient.

Bien évidemment, on avait inclus un carton-réponse papier dans l’envoi initial. C’était un essai et je ne m’attendais pas à énormément de réponses par le web. En fin de compte, on a reçu la moitié des réponses par le site web. J’imagine si quelqu’un ferait la même chose aujourd’hui, ça serait encore plus élevé.

Le grand jour

On était en 2004 et aucune âme n’avait un BlackBerry et encore moins un iPhone. Il ne s’est rien passé le jour du mariage côté techno à moins qu’on compte les photos numériques prises pendant la journée.

Après le grand jour

L’affluence sur le site web a continué bien après le mariage. Un forum rudimentaire servait pour les messages des invités. Nous avions récupéré les photos numériques des invités et mises en ligne sur le site. J’ai aussi numérisé les photos papier qu’on avait reçues.

Un mariage à l’aide des réseaux sociaux

Dorénavant, il n’est plus nécessaire de faire autant de programmation pour arriver à un tel résultat. Il existe plusieurs sites web pour gérer tout ça pour vous. J’ai cru voir des sites tout-en-un pour la gestion électronique d’un mariage (invitations, RSVP, livre des invités, photos, etc.). Vous pouvez aussi utiliser une combinaison de réseaux sociaux comme Facebook, Geni, Flickr, YouTube, etc. gratuitement pour arriver des résultats intéressants.

J’ai cru que ce petit récit vous amuserait un peu. C’est un exemple concret qui démontre comment les TI peuvent s’intégrer harmonieusement dans les événements les plus traditionnels qui soient.


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact

Google+FacebookTwitterLinkedinFlickrYouTube

  • Amusant et apparemment efficace !

  • Merci pou l’inspiration. Je me marie l’an prochain et je cherche des moyens d’actualiser cette tradition ancestrale t d’y ajouter une touche personnalisée… et pourquoi pas techno !


Autres publications et présences de Nicolas dans les médias