Mon chemin de croix avec mon BlackBerry Storm

Je me suis procuré le BlackBerry Storm 9530 en janvier 2009. Je l’ai choisi suite à différents avis sur le sujet. Je ne voulais pas l’iPhone, car on l’étiquetait comme un jouet mal adapté aux affaires. Apple m’a toujours aussi paru des maîtres des solutions propriétaires et fermées. L’App Store et l’utilisation obligatoire de iTunes […]

BlackBerry Storm 9530

Je me suis procuré le BlackBerry Storm 9530 en janvier 2009. Je l’ai choisi suite à différents avis sur le sujet. Je ne voulais pas l’iPhone, car on l’étiquetait comme un jouet mal adapté aux affaires. Apple m’a toujours aussi paru des maîtres des solutions propriétaires et fermées. L’App Store et l’utilisation obligatoire de iTunes me déplaisaient. Je voulais un téléphone intelligent qui me permettrait de continuer à travailler sur la route et qui s’intègrerait à mon courriel et mon agenda.

Les premiers mois ont été un genre de lune de miel. Je n’avais jamais eu un gadget de ce genre. La nouveauté et les bénéfices obtenus m’ont obstrué la vue. Toutefois, les derniers mois ont été parsemés d’irritants :

  • Le téléphone est trop lent (CPU trop occupé) pour recevoir un appel

  • Surutilisation de la batterie et décharge en moins de 24 heures
  • Des freezes ou plantages quotidiens qui exigeaient des battery pull (redémarrage)
  • L’orientation de l’écran quand on tourne l’appareil ne fonctionnait pas toujours (on devait le secouer)
  • Lenteur de l’interface, surtout quand on débarre l’appareil après l’avoir retiré de son étui

J’ai toujours apprécié l’ergonomie de l’interface et les possibilités de l’appareil. Mon insatisfaction était centrée sur son manque de fiabilité flagrant.

J’ai installé à deux reprises des révisions non officielles du système d’exploitation du BlackBerry Storm 9530. Elles corrigeaient plusieurs irritants comme la lenteur de l’interface, mais elles plantaient pareil. Bell a poussé une seule mise à jour officielle en avril. C’était mieux, mais pas assez. J’étais un peu découragé. Allais-je être pogné 3 ans avec un mini-Windows 95?

Cette semaine, j’ai fait encore des recherches et j’ai constaté que la dernière version semi-officielle était la 4.7.0.151. Elle avait été rendue disponible en téléchargement pour les clients d’une compagnie de télécommunications au Mexique. Les systèmes d’exploitation de BlackBerry sont multilingues, donc on peut l’installer sans problèmes sur un téléphone en français.

Je l’ai installée et je dois vous avouer que je suis agréablement surpris. Je suis finalement très rassuré de mon achat. Mon BlackBerry semble aussi rapide qu’un iPhone. Tous les irritants mentionnés plus haut sont chose du passé. Je me croise les doigts quand même. Je vais peut-être découvrir un autre problème prochainement, mais j’assume que l’OS s’améliore de version en version.

Si on veut aller encore plus loin, la version 5.0 est aussi disponible toujours non officiellement. On peut la télécharger dans les forums et blogues spécialisés. Mais pour ma part, je la regarde de loin pour l’instant. Je n’ai pas de raison de l’essayer. J’installais les versions non officielles pour être en mesure de m’en servir minimalement. Les versions officielles distribuées par Bell sont parsemées de bogues et elles vous empêchent de profiter pleinement de votre appareil.

Installez là à vos risques si vous vous en sentez capables. Évidemment, votre fournisseur de téléphonie et RIM ne vous supporteront pas dans cette démarche. Posons-nous toutefois la question : quel support donnent-ils à ceux qui ont une version officielle?


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact




Autres publications et présences de Nicolas dans les médias