Le travailleur autonome à l’ère de Facebook, LinkedIn et Twitter

J’animais ce matin un petit déjeuner table ronde pour des membres de l’AQIII. Le déjeuner servait à échanger sur la façon qu’on peut utiliser ces trois réseaux sociaux dans le cadre de notre carrière en tenant compte de notre réalité. Voici les questions que j’ai tenté de répondre à priori ce matin. Quoi mettre en […]

J’animais ce matin un petit déjeuner table ronde pour des membres de l’AQIII. Le déjeuner servait à échanger sur la façon qu’on peut utiliser ces trois réseaux sociaux dans le cadre de notre carrière en tenant compte de notre réalité.

Voici les questions que j’ai tenté de répondre à priori ce matin.

HubSpot-Making-Friends

Quoi mettre en ligne et quoi garder pour soi?

Vous devez être conscients que tout ce que vous publiez peut être lu par n’importe qui. Les sites offrant des possibilités de restrictions de publication comme Facebook n’empêcheront pas vos amis de relayer ce que vous dites à d’autres. Je vous invite à vous familiariser avec la gaffe de l’épouse à Stéphane Dion).

Je conseillerais d’éviter de parler de politique, de religion et de sexe. Les débats sur ces sujets sont souvent des discours de sourds et divisent les gens. Si vous voulez éviter de froisser quelqu’un, je vous conseille de vous tenir loin de ce terrain. Évitez aussi les photos qui ne vous mettent pas à votre avantage.

L’importance de l’authenticité sur la toile, qui êtes-vous vraiment ?

L’authencité est la clé. Si vous savez qui vous êtes dans la vie et vous vous assumez, la gestion de votre identité numérique sera simplifiée. Il ne faut pas se créer un personnage fictif en ligne. Le jour que vos contacts vont vous connaître davantage en personne, il doit y avoir une cohérence avec ce qu’ils savent de vous.

Comment être découvert avec une recherche Google ?

Les grands réseaux sociaux publient des profils publics de ses membres. Ces profils sont très bien indexés par Google et ont une grande valeur pour ce moteur de recherche. Ils apparaissent souvent en haut des résultats quand on recherche votre nom. Je vous encourage fortement d’ajouter un lien vers votre site ou votre blogue professionnel sur ces derniers. Ça va rehausser la crédibilité de votre site aux yeux de Google et augmenter son classement.

Facebook et Twitter, est-ce vraiment convenable pour un professionnel en TI?

Facebook et le réseau social de tout le monde. Il n’est pas spécialisé. Son unique avantage pour un travail autonome à mon avis est la quantité de personnes inscrites et la fréquence des visites de ces derniers. Le réseau dépasse les 300 millions de membres. Environ la moitié d’entre eux visite le site tous les jours. Les gens y partagent les développements dans leur vie personnelle et professionnelle et y ajoutent des photos personnelles entre autres.

Carl-Frédéric de Celles, le président fondateur d’iXmédia, est un utilisateur assidu de ce réseau et m’expliqué récemment pourquoi il y croyait beaucoup. Il me disait que les gens vont s’intéresser à nous uniquement s’ils nous connaissent. Par exemple, en lisant sur des cochons dingues (surnommées les « cochonnes »), on apprend à le connaître comme personne avant tout et on vient à développer une proximité voire même un attachement. On pense toujours à lui quand vient le temps de recommander un spécialiste web, ça va de soi.

Je suis maintenant pleinement d’accord avec ça, mais ça m’a pris du temps à comprendre. J’ai longuement hésité d’ajouter des contacts professionnels sur Facebook. J’ai créé tout de même un groupe dans lequel je place mes contacts moins familiers. Ils ont droit à moins de photos que les autres.

Le seul bémol c’est la capacité de chacun à partager sa vie personnelle avec les autres. Dites-vous que la pudeur c’est quelque chose d’acquis au cours de notre vie. En regardant mes jeunes enfants, la politique du livre ouvert semble venir par défaut en sortant de l’usine.

Cette proximité que les gens viennent à développer entre eux vient moins facilement sur LinkedIn. On ne partage pas sur LinkedIn les premiers pas de nos enfants, mais on peut le faire sur Facebook et Twitter. Vos contacts vont vous féliciter et vous aurez de quoi à parler à un prochain 5 à 7.

En ce qui concerne Twitter, ce réseau a été récemment intégré à LinkedIn. Sachant que LinkedIn est le réseau sérieux pour professionnel, ça démontre bien la valeur de Twitter pour cette même clientèle. Twitter permet de découvrir des contacts en dehors de notre réseau. J’ai fait d’excellentes découvertes et développé des relations uniques qui seront primordiales dans mon parcours professionnel.

Comment intégrer ces nouveaux outils dans un horaire déjà chargé et maximiser les résultats?

Cette question revient toujours. Elle m’est posée par le sérieux professionnel typique qui associe internet le plus souvent aux jeunes. Je considère que l’utilisation des réseaux sociaux pour interagir avec son réseau est une économie de temps. Je m’explique.

Quand j’ai une nouvelle professionnelle ou j’ai de la disponibilité à travailler, je le publie là-dessus. Ceux que ça intéresse, ils me contacteront. C’est le mode « pull ». Ils lisent au moment qu’ils désirent être informés.

Les autres moyens traditionnels de communiquer sont en mode « push ». On appelle un à un nos contacts. On leur envoie un courriel qu’ils doivent lire. On les force à recevoir notre message. C’est plus de temps, car on doit tirer partout sans savoir l’intérêt de nos interlocuteurs.

Pour vous aider, il existe aussi des outils performants pour aider à intégrer ces réseaux. J’utilise actuellement Seesmic Desktop et je peux interagir sur Twitter et Facebook à la fois. Mon Twitter est intégré avec LinkedIn. Le service Ping.fm permet aussi de mettre à jour ses différents statuts sur tous ces sites en même temps.


À propos de Nicolas Roberge

Je suis un architecte de solutions infonuagiques et le père de trois enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact

TwitterLinkedin