J’appuie Cyrille Béraud et la libre concurrence

Le procès opposant Savoir-Faire Linux à la Régie des rentes du Québec débutait hier. Cyrille Béraud, CEO de Savoir-Faire Linux, poursuit le gouvernement du Québec pour avoir acheté 720 000 $ de licences de logiciel directement de la compagnie américaine sans appel d’offres. La RRQ prétend que cet achat était une simple mise à jour […]

Le procès opposant Savoir-Faire Linux à la Régie des rentes du Québec débutait hier. Cyrille Béraud, CEO de Savoir-Faire Linux, poursuit le gouvernement du Québec pour avoir acheté 720 000 $ de licences de logiciel directement de la compagnie américaine sans appel d’offres. La RRQ prétend que cet achat était une simple mise à jour alors que M. Béraud affirme que la Régie aurait pu implanter le système d’exploitation Linux avec logiciel OpenOffice sur ses postes de travail. Soit deux logiciels entièrement gratuits.

J’ai observé ce dossier avec un regard d’informaticien et celui d’un contribuable. L’informaticien en moi me permet de valider les dires des deux partis. Jusqu’à ce jour, la RRQ n’a pas émis aucun avis depuis cette poursuite. J’ai bien hâte de connaitre leur position et quels arguments qu’ils utiliseront pour justifier cet achat.

Je suis curieux, car je ne comprends pas comment ils le feront. J’ai passé à OpenOffice en 2008. Cela fait 2 ans. Je collabore avec plusieurs personnes qui n’utilisent pas cette suite de bureautique. Malgré tout, je n’ai vécu aucun problème de compatibilité avec quiconque. Aussi, l’interface graphique était très similaire. J’ai retrouvé toutes les fonctionnalités que j’avais dans Microsoft Office incluant les plus avancées.

Pour ce qui est de Windows vs Linux. Dans le cadre d’un ordinateur de bureau, je n’ai eu aucun problème d’adaptation. On a accès à tous les logiciels imaginables directement dans la distribution. La seule personne insatisfaite de Linux dans mon entourage est mon fils qui ne peut plus jouer ses jeux PC sur mon portable. J’ose espérer que la comptabilité des jeux ne sera pas un argument de la défense dans ce procès.

Avec ces conclusions, je considère que les prétentions de Cyrille Béraud sont entièrement fondées. Je l’appuie ouvertement et je souhaite qu’il obtienne gain de cause. Dans le contexte d’un gouvernement déficitaire, je souhaite plus d’imagination et de courage aux gestionnaires en TI au gouvernement du Québec pour trouver des solutions modernes avec un ratio cout-efficacité plus élevé.


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact

Google+FacebookTwitterLinkedinFlickrYouTube

  • Comment ne pas être en accord comme informaticien et de contribuable?

    Ce qui me dérange le plus dans cette affaire ce n’est pas seulement le silence presque complet des médias mais le fait que personne ne semble faire le lien entre les finances publiques désastreuses et ce procès:

    Un article dans Cyberpresse/Le Soleil

    http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201003/08/01-4258648-contrat-sans-appel-doffres-perdu-davance-dit-savoir-faire-linux.php

    et rien dans La Presse/Les Affaires ou Les Affaires.com dans les articles et les blogs [incluant le staff de blogueurs invités… ::) ]

    Le retard technologique du Québec est aussi inquiétant que celui des finances publiques. La prise de conscience de l’importance de l’innovation technologique n’est pas encore faite sauf du bout des lèvres et sans en tirer les conséquences.

    Ce n’est pas que le Québec manque de gens compétents mais qu’ils n’ont pas une audience suffisante. Les médias d’informations me semblent complètement bouchés et passifs sur ces questions. Pas moyen de se faire entendre pour la bonne et simple raison qu’il n’y a pas d’oreilles pour écouter.

    Ce que l’on peut dire là-dessus leur apparaît tout au plus comme un bruit de fonds et qu’ils sont incapables de décoder. On part de loin mais faut pas lâcher.

    🙂

    • T’as tout à raison Claude. Plusieurs médias traditionnels par leur médium pensent s’adresser à une cible non-technique qui ne comprendrait rien à ce genre de dossier. Toutefois c’est de leur devoir d’instruire la population sur des enjeux complexes.

      Si ils peuvent faire des enquêtes dans le milieu de la construction ou sur le dossier Norbourg, ils peuvent se forcer et parler des technologies de l’information.

  • Pingback: Compatibilité Blu Ray? | Matériel Informatique()

  • J’ai trouvé de nouveaux liens vers des articles sur Google Wave (:-O!)

    Faire une recherche sur with:public Savoir-faire Linux RRQ

    🙂

  • Les médias n’en parlent pas… Peut-être parce que les journalistes associent « logiciels libres » et « simplicité volontaire ». Un trip marginal réservé aux décrocheurs.

    Mais j’ai surtout bien peur qu’ils ne soient d’accord avec la RRQ, incapables de concevoir qu’il puisse exister une alternative viable à leur propre mode de fonctionnement informatique. Ils sont donc incapables « d’instruire le public ».

    La RRQ exprime l’attitude de toute la fonction publique et des partis politiques. Avec en prime des avocats fournis par Microsoft, ça c’est du service à la clientèle que le Libre ne pourra jamais offrir!!!


Autres publications et présences de Nicolas dans les médias