J’ai frappé un mur et j’ai mangé beaucoup de pommes

J’ai appris il y a un mois que j’étais atteint du diabète type 2. Mon père vit avec ça depuis bientôt 20 ans et c’est malheureusement une maladie héréditaire. Mes mauvaises habitudes de vie ont toutefois devancé son apparition. Je n’ai que 33 ans. Je pensais à tort que c’était quelque chose qui me guettait […]

J’ai appris il y a un mois que j’étais atteint du diabète type 2. Mon père vit avec ça depuis bientôt 20 ans et c’est malheureusement une maladie héréditaire. Mes mauvaises habitudes de vie ont toutefois devancé son apparition. Je n’ai que 33 ans. Je pensais à tort que c’était quelque chose qui me guettait dans une quinzaine années.

Je n’ai jamais eu un médecin de famille. Ma conjointe m’a offert de sonder le sien si elle pouvait m’inclure parmi ses patients et elle a accepté. À mon premier bilan, elle m’a fait passer les examens pour dépister le diabète entre autres connaissant mes antécédents.

Aussitôt qu’elle m’a annoncé la nouvelle, j’étais complètement sonné. Maintenant? Déjà? Merde.

Pendant qu’elle m’expliquait en détail ce que je devais changer dans ma vie, je pensais fort à mes enfants. Leur visage envahissait mes pensées. Je dois être là pour eux, et ce, pour longtemps.

Mon étonnement lors de l’annonce m’a fait oublier plusieurs informations que la médecin m’a dit. J’ai toutefois retenu des éléments importants et parfois anodins.

J’ai retenu que je peux manger des pommes, mais je dois éviter le pain, les céréales, les desserts, les bananes et les pâtes. J’aime les pommes, mais je n’en mangeais jamais. Ne sachant pas trop ce que je pouvais encore manger, on a acheté une caisse de pommes. Je n’ai jamais mangé autant de pommes de ma vie. J’ai même eu des douleurs aux gencives!

Mais plus sérieusement, je me souviens qu’elle m’a dit que j’ai de grosses chances de me débarrasser de ce problème si je retrouve un poids normal. Je pourrais me décourager devant cet objectif, mais au contraire, je le trouve réalisable. J’abusais tellement des bonnes choses de la vie sans y penser à deux fois. La modération ou l’imposition d’un équilibre fera une grande différence. D’ailleurs, je me le prouve, car j’ai déjà perdu 10 lb en 2 semaines.

Je n’accepte pas cette situation et ça ne restera pas ainsi. Je tiens bien plus à la vie qu’à n’importe quel met alimentaire que ce soit. La peur de mourir c’est puissant.

Il ne faut pas s’en faire pour moi. Je vais m’en sortir et je prends ce sérieux avertissement comme motivation à prendre soin de moi pour être un père en santé pour mes enfants. Depuis que je contrôle ma glycémie, j’ai beaucoup plus d’énergie et je me sens plus en forme. 

À l’heure actuelle, c’est une nouvelle grave. Mais, je compte la transformer comme la meilleure nouvelle de ma vie.

(crédit photo James Cridland)


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact

Google+FacebookTwitterLinkedinFlickrYouTube


Autres publications et présences de Nicolas dans les médias