J’ai frappé un mur et j’ai mangé beaucoup de pommes

J’ai appris il y a un mois que j’étais atteint du diabète type 2. Mon père vit avec ça depuis bientôt 20 ans et c’est malheureusement une maladie héréditaire. Mes mauvaises habitudes de vie ont toutefois devancé son apparition. Je n’ai que 33 ans. Je pensais à tort que c’était quelque chose qui me guettait […]

J’ai appris il y a un mois que j’étais atteint du diabète type 2. Mon père vit avec ça depuis bientôt 20 ans et c’est malheureusement une maladie héréditaire. Mes mauvaises habitudes de vie ont toutefois devancé son apparition. Je n’ai que 33 ans. Je pensais à tort que c’était quelque chose qui me guettait dans une quinzaine années.

Je n’ai jamais eu un médecin de famille. Ma conjointe m’a offert de sonder le sien si elle pouvait m’inclure parmi ses patients et elle a accepté. À mon premier bilan, elle m’a fait passer les examens pour dépister le diabète entre autres connaissant mes antécédents.

Aussitôt qu’elle m’a annoncé la nouvelle, j’étais complètement sonné. Maintenant? Déjà? Merde.

Pendant qu’elle m’expliquait en détail ce que je devais changer dans ma vie, je pensais fort à mes enfants. Leur visage envahissait mes pensées. Je dois être là pour eux, et ce, pour longtemps.

Mon étonnement lors de l’annonce m’a fait oublier plusieurs informations que la médecin m’a dit. J’ai toutefois retenu des éléments importants et parfois anodins.

J’ai retenu que je peux manger des pommes, mais je dois éviter le pain, les céréales, les desserts, les bananes et les pâtes. J’aime les pommes, mais je n’en mangeais jamais. Ne sachant pas trop ce que je pouvais encore manger, on a acheté une caisse de pommes. Je n’ai jamais mangé autant de pommes de ma vie. J’ai même eu des douleurs aux gencives!

Mais plus sérieusement, je me souviens qu’elle m’a dit que j’ai de grosses chances de me débarrasser de ce problème si je retrouve un poids normal. Je pourrais me décourager devant cet objectif, mais au contraire, je le trouve réalisable. J’abusais tellement des bonnes choses de la vie sans y penser à deux fois. La modération ou l’imposition d’un équilibre fera une grande différence. D’ailleurs, je me le prouve, car j’ai déjà perdu 10 lb en 2 semaines.

Je n’accepte pas cette situation et ça ne restera pas ainsi. Je tiens bien plus à la vie qu’à n’importe quel met alimentaire que ce soit. La peur de mourir c’est puissant.

Il ne faut pas s’en faire pour moi. Je vais m’en sortir et je prends ce sérieux avertissement comme motivation à prendre soin de moi pour être un père en santé pour mes enfants. Depuis que je contrôle ma glycémie, j’ai beaucoup plus d’énergie et je me sens plus en forme. 

À l’heure actuelle, c’est une nouvelle grave. Mais, je compte la transformer comme la meilleure nouvelle de ma vie.

(crédit photo James Cridland)


À propos de Nicolas Roberge

Je suis le président d'Evollia et le père de 2 enfants merveilleux. Ceci est mon refuge numérique où je blogue sur un tas de sujets variés qui me passionnent.

On se tient au courant pour les prochains articles?



Gardons contact

Google+FacebookTwitterLinkedinFlickrYouTube

  • Xavier Jacques Côté

    Ouain, ça frappe comme nouvelle. Mais je suis heureux de voir que tu le vois comme un défi à atteindre! Et je crois que tu es bien entouré pour t’y encourager! Je dois avouer que même si je n’ai pas eu de tel diagnostique (à date), je le crains, et que veut veut-pas, sa nous rappelle tous que nous devons faire attention.Comme on dit, lâche pas ;)

  • Xavier Jacques Côté

    Et en passant, as-tu essayé de manger des pommes, mais genre coupés en tranches?

  • Nicolas Roberge

    Haha, oui Xavier. J'ai une super trancheuse Ikea. Mais, on s'y habitue et ça ne fait plus mal. J'ai découvert d'autres choses à manger. Je suis suivi par une nutritionniste de la clinique du diabète.

  • Jean-Philippe Bonneau

    Sérieusement Nicolas, j’ai eu un indice ce matin en te voyant prendre le bol de granola au Cosmos ;-), mais je n’aurais jamais crû ça. Mon père est atteint également, mais tu es le premier dans mon entourage qui l’est. Je trouve que tu as une attitude extrêmement positive et je t’encourage dans cette voie. Tu viens de me donner un bon coup de pied au cul pour que je soigne mon alimentation, prenne un médecin pour une batterie de tests de routine et que je continue à faire de l’activité physique! En tant que nouveau papa, il est important de faire attention à soi.Merci pour ton témoignage. T’es une bête, tu vas y arriver!!!J-P

  • Nicolas Roberge

    Merci JP. J'ai appris en prenant ma glycémie que ce plat de déjeuner au Cosmos est OK côté glucides. On fait des expériences, ça va être très difficile d'aller au restaurant dorénavant. Les informations nutritionnelles ne sont pas toujours disponibles. Je dois calculer mon apport en glucides religieusement.

  • Jean-David Gagné

    Avec le stress, Type II diabetes sera une des maladies les plus populaires d’ici 5 ans. Je suis content que tu vois la situation de façon alarmante, car trop d’individus ne prennent que certains médicaments, c’est tout. L’alimentation est importante, mais bouger l’est encore plus. L’exercice, aussi banale soit-il est important. Plus on bouge, plus on veut que le gaz que l’on met dans le véhicule, soit de qualité. Voici un site très bien fait que je tweet souvent: http://www.realage.com/check-your-health/information-on-diabetes/managing-dia…Continue et ne te gêne pas si tu as des questions.JD

  • Nicolas Roberge

    Vous avez raison. Si on regarde la situation avec mon père et ses frères qui l'ont presque tous eu, on constate que ceux qui ont occupé un emploi manuel ont eu les symptômes seulement rendu à la retraite. L'activité physique de leur emploi a aidé à éliminer le sucre dans le sang.

  • SoniaSanfacon

    Oh là la! T’as le tour de tourner ça en positif, tout ce qu’il me reste à te dire, c’est merci d’avoir écrit ce billet, qui va en inspirer plus d’un!!Je vais quand même tenter de te donner quelques mots d’encouragements: Je crois fermement que tu vas réussir à bien vivre malgré cette maladie car t’as une maudite bonne tête sur les épaules, et ta motivation vis-à-vis tes enfants et ta famille est palpable. Je t’encourage, Nicolas. C’est clair que tu as déjà commencé à faire les bonnes démarches, bravo!

  • Julie Tremblay-Potvin

    Nicolas, c’est rough d’apprendre que le corps (oui, même le nôtre) a ses limites. Mais je trouve moi aussi que tu as une attitude gagnante. Mon beau-père souffre de diabète de type 2 aussi et il l’a mal contrôlé pendant des années, mettant un peu la tête dans le sable, et aujourd’hui il doit prendre de l’insuline et est aux prises avec quelques complications qui auraient pu être évitées s’il s’était pris en mains. Tout lui a apparu beaucoup moins gros et complexe le jour où il est allé chercher de l’aide auprès des professionnels.Je t’encourage fortement à faire appel à un ou une nutritionniste (ce que tu as peut-être déjà fait). Pour te rassurer, je suis presque certaine que tu vas pouvoir manger des pâtes et du pain au blé entier, quoi qu’en quantité modérée.Et tu sais quoi : les nouvelles règles alimentaires et d’exercice que tu devras suivre ne sont pas un régime ou un sort réservé aux diabétiques – ce sont seulement des règles pour manger sainement. Des règles que tout le monde devrait suivre – sans exception.La bonne nouvelle c’est que changer tes habitudes alimentaires et adopter un rythme de vie plus sain aura sans aucun doute un impact important sur les habitudes de tes enfants.Je t’encourage +++Bonne chance!PS: passe faire un tour sur riendemoins.com, il y a quelques bons trucs :)

  • Martin Johnson

    Ne t’en fait pas trop avec ça…. ce n’est pas le cancer quand même. Tu n’es pas obligé de vivre comme un Spartiate non plus. Tu vas changé des choses comme manger mieux et faire de l’exercice. Pas si pire. Ne néglige surtout pas la gestion du stress et le repos qui ont un impact important sur la maladie. Je dis souvent que tout le monde devrait vivre comme les diabétiques (ceux qui prennent ça au sérieux…). Les hôpitaux seraient moins pleins. Si tu t’occupes de ta glycémie, ce ne sera pas le diabète qui écourtera ta vie. J’ai eu un diagnostic tardif en 2005. Maintenant, je suis insulino dépendant, comme un type 1. Je suis en meilleur forme que lorsque j’avais 35 ans (j’en ai 50 là). Il y a beaucoup de choses à apprendre au début mais donne le temps pour absorber tout ça. J’ai trouvé très utile de jaser avec d’autres diabétiques, savoir comment ils vivent avec le diabète, les trucs qui simplifient le quotidien, etc… Vas-y un pas à la fois. Bonne Chance

  • Marie Dussault

    Des fois, ça prend un événement X pour nous botter le *** et pour agir. Ma condition physique est en péril moi aussi due à mes mauvaises habitudes. Je viens donc de m’inscrire à un gym et je vais faire ce que je peux pour améliorer mon alimentation, mais ça ne sera pas facile. J’admire ton courage et ton positivisme face èa la situation et je suis certaine que ça donnera de bons résultats!

  • Nicolas Roberge

    Sonia, merci pour tes gentils commentaires. Je suis très décidé dans la vie et cet épreuve ne fera pas exception.Julie, oui je suis suivi par la nutritionniste de la clinique du diabète, mais je ne sais pas si ce service est là pour le long terme. Je planifiais voir un spécialiste régulièrement. C’est une rééducation alimentaire que je suis en train de vivre. C’est effectivement pas un régime, je suis le guide alimentaire. On devrait tous le suivre, on mange beaucoup trop. On a oublié ce que sont les vraies portions. Ce fut surprenant pour moi de constater ça. Martin, je suis conscient que c’est beaucoup moins grave qu’un cancer. Le diabète ne se guérit pas mais il se traite. Comme j’ai répondu à Julie, on me recommande de m’alimenter sainement avec des portions normales. Il y a rien de sorcier là-dedans. C’est loin de me décourager. Mon père vit avec ça depuis longtemps et m’offre de précieux conseils.Marie, merci pour ces encouragements. J’ai la même attitude depuis la soirée que je l’ai appris. C’est un combat que je compte bien gagner.

  • ChristianAubry

    Tout un billet, indeed! Il fallait que je te le dise. Te voilà maintenant publiquement engagé à régler ce problème et je suis de tout coeur avec toi.

  • Sylvain Grand’Maison

    Cher Nicolas, je comprends à la fois ta stupéfaction d’apprendre la nouvelle, ta réaction et tes inquiétudes face à la situation.Mais quand je vois toute la détermination que tu mets dans ton travail et toutes tes interventions web, je me dis que tu as tout ce qui faut à l’intérieur de toi pour prendre le contrôle du problème et améliorer ta santé.Mon père aussi fait du diabète de type 2, faut que je me surveille…

  • Decibelle

    J’aurais pu écrire le même article. Même nouvelle il y a un mois, même réaction. Courage!


Autres publications et présences de Nicolas dans les médias

lapresse

huff

quora-160x69

radio-160x55